TP et INR

Le TP/INR est un examen de laboratoire indispensable pour la surveillance du traitement anticoagulant par un médicament de la famille des antivitamines K (AVK).
En savoir plus Classification des anticoagulants

Le TP/INR est un examen qui explore la coagulation du sang.

  • TP signifie « taux de prothrombine ».
  • INR signifie « International Normalized Ratio » c’est-à-dire « rapport normalisé international ». Il s’agit d’une expression standardisée du TP pour la surveillance du traitement par AVK.

Le TP, exprimé en pourcentage, est obtenu à partir du temps de Quick.
Le temps de Quick est une mesure du temps de coagulation du sang déclenchée par l’addition d’un réactif de laboratoire, la thromboplastine, en présence de calcium.

L’INR est calculé à partir du temps de Quick du patient et du temps de Quick de référence appelé « témoin ». L’utilisation d’un indice de sensibilité international propre à chaque réactif, permet de standardiser le résultat d’un laboratoire à un autre.

Les valeurs normales du TP se situent entre 70 % et 130 %. Cela correspond à un INR compris entre 0,80 et 1,20 chez un sujet ne prenant pas (ou plus) de médicament AVK.

e TP permet d’évaluer globalement l’activité de plusieurs facteurs de la coagulation : facteur I (ou fibrinogène), facteur II (ou prothrombine), facteur V, facteur VII et facteur X.
L’appellation « taux de prothrombine » peut prêter à confusion car en réalité il ne s’agit pas d’un dosage de la prothrombine.
En savoir plus Coagulation et thrombose

Le TP est l’un des trois examens de dépistage des anomalies de la coagulation du sang, avec le TCA (temps de céphaline activateur) et la numération des plaquettes.
En savoir plus TCA et activité anti-Xa
En savoir plus Numération des plaquettes

Les facteurs de la coagulation explorés par le TP sont des protéines fabriquées par le foie. Le TP est donc également utilisé pour évaluer la fonction du foie.

L’INR permet la surveillance de l’activité anticoagulante des médicaments antivitamines K (AVK).

Lors d’un traitement par AVK, la coagulation est ralentie, se traduisant par un allongement du temps de coagulation (temps de Quick) du patient et donc par une augmentation de l’INR.
Plus l’INR augmente et s’éloigne de 1, plus la coagulation est ralentie.
ajuster la posologie du médicament AVK pour chaque patient, et ceci au cours du temps.

Cet examen de laboratoire est réalisé à partir d’une simple prise de sang.
Vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Il convient cependant d’éviter un repas trop riche en graisses avant la prise de sang.
Le résultat est obtenu en quelques heures : le plus souvent au cours de l’après-midi pour une prise de sang effectuée le matin. En cas d’urgence, il peut être obtenu en moins d’une heure.

Le médecin qui vous a prescrit le médicament AVK fixe un objectif d’INR à atteindre.

Cet objectif comprend :

  • un « INR cible » qui correspond à la valeur théorique idéale de votre INR ;
  • un intervalle dans lequel votre INR doit se situer et qui définit la « zone thérapeutique ».

L’objectif d’INR dépend de l’indication pour laquelle vous prenez le médicament AVK.

  • Pour la plupart des patients, l’INR cible est de 2,5 avec un intervalle entre 2,0 et 3,0. Cela signifie que votre INR doit se situer entre 2,0 et 3,0.
  • Pour certains patients (en particulier porteurs de certaines valves cardiaques), d’autres valeurs d’INR cible et d’intervalle peuvent êtres définies par le médecin, par exemple un INR cible de 3,0 avec un intervalle entre 2,5 et 3,5.

Votre objectif d’INR doit être inscrit dans votre carnet de suivi du traitement par AVK. Ce carnet doit vous être remis par un professionnel de santé au début du traitement (médecin, pharmacien, etc.). Si vous n’en possédez pas, demandez-en un à votre pharmacien.

Il est attendu que la valeur de votre INR fluctue dans la zone thérapeutique ou légèrement en dehors de cette zone. On estime que le traitement par AVK est bien conduit quand plus de 65 à 70 % du temps est passé dans la zone thérapeutique.

Si l’INR est supérieur à 4,0 : il y a surdosage en AVK. Le risque de saignement est augmenté. Ce risque est d’autant plus important que l’INR est élevé.
Si l’INR est inférieur à la valeur minimale de l’intervalle défini par le médecin (INR < 2,0 pour la majorité des patients) : il y a sous-dosage en AVK. Le risque d’inefficacité du traitement par AVK, c’est-à-dire de formation d’un caillot, est augmenté. Ce risque est d’autant plus important que l’INR est proche de 1,0.

Le médecin biologiste du laboratoire, qui communique systématiquement les résultats au médecin prescripteur, peut vous aider à interpréter l’INR.

Les résultats d’INR et les doses de médicament AVK, ainsi que les oublis éventuels de prise de votre médicament AVK, doivent être systématiquement reportés dans votre carnet de suivi du traitement par AVK.

Le résultat d’INR permet d’adapter si nécessaire la dose de votre médicament AVK.
C’est pourquoi il est préférable de prendre votre médicament AVK le soir afin que la modification puisse être effectuée le jour même.

L’adaptation de votre traitement par AVK en fonction de l’INR doit être effectuée selon les modalités précisées par votre médecin.

Les principes de l’adaptation du traitement par AVK en fonction du résultat d’INR sont les suivants :

  • Si votre INR est dans la zone thérapeutique, la dose du médicament AVK n’est pas modifiée. On dit que votre traitement par AVK est « équilibré ».
  • Si votre INR est au-dessus de la zone thérapeutique, c’est-à-dire en cas de surdosage en AVK, la dose du médicament AVK doit être le plus souvent diminuée, après avoir éventuellement sauté une prise de médicament.
  • Si votre INR est au-dessous de la zone thérapeutique, c’est-à-dire en cas de sous-dosage en AVK, la dose du médicament AVK doit être le plus souvent augmentée.
  • Si votre INR est légèrement en dehors de la zone thérapeutique, il est possible que votre médecin vous demande simplement de recontrôler l’INR dans un délai de quelques jours, sans modifier d’emblée la dose du médicament AVK.
  • Si votre INR est très au-dessus de la zone thérapeutique ou si vous saignez, il peut être nécessaire d’interrompre le traitement par AVK et de prendre de la vitamine K qui est l’antidote du médicament AVK pour neutraliser rapidement l’effet du médicament. En savoir plus Antidotes des anticoagulants

Si votre résultat d’INR est en dehors de la zone thérapeutique, il est important de rechercher un éventuel facteur favorisant le déséquilibre de votre traitement par AVK.
Par exemple : un oubli de prise de votre médicament AVK, l’introduction d’un autre médicament pouvant interférer avec votre médicament AVK, des troubles digestifs, etc.

Au début du traitement par AVK, l’INR doit être mesuré tous les 48 à 72 heures afin de trouver la dose permettant d’obtenir un INR stabilisé autour de l’INR cible, dans la zone thérapeutique définie par le médecin.
Puis les mesures de l’INR sont progressivement espacées avec au minimum une mesure d’INR une fois par mois.

Lors de maladies aiguës ou d’un changement du traitement médicamenteux associé, une surveillance rapprochée de l’INR est à nouveau nécessaire car il existe un risque de déséquilibre de votre traitement par AVK pouvant nécessiter une modification de la dose du médicament AVK.

Lorsque la dose du traitement par AVK est modifiée à la suite d’un résultat d’INR en dehors de la zone thérapeutique, une surveillance rapprochée de l’INR

L’automesure de l’INR signifie que l’INR est mesuré par le patient lui-même.
Cette mesure est effectuée en quelques secondes à l’aide d’un prélèvement capillaire sanguin fait au bout d’un doigt, de bandelettes réactives et d’un appareil de lecture spécifique. Le principe de l’automesure de l’INR est le même que pour l’automesure de la glycémie (taux de sucre dans le sang) par les patients diabétiques.
La méthode de l’automesure est différente de celle actuellement utilisée par les laboratoires d’analyse médicale pour laquelle le prélèvement de sang se fait sur une veine, comme pour toute prise de sang classique. Les résultats d’INR restent cependant parfaitement superposables.

L’automesure de l’INR pourrait simplifier la surveillance du traitement par AVK et en améliorer la sécurité.
En France, l’automesure de l’INR n’est actuellement prise en charge par la sécurité sociale que pour les patients de moins de 18 ans.

  • Auteurs : Dr Raphaël GILBERT (médecine générale), Dr Virginie SIGURET (hématologie biologique), Dr Alain STÉPANIAN (hématologie biologique)
  • Date de publication : 22/09/2016
  • Date de dernière mise à jour : 16/11/2016