Facteurs de risque de thrombose veineuse

La plupart du temps, il n’y a pas de cause unique mais plusieurs facteurs appelés « facteurs de risque » qui se surajoutent pour aboutir à une thrombose veineuse : on parle de maladie multi-factorielle.
Ces facteurs sont les mêmes pour la thrombose veineuse superficielle que pour la thrombose veineuse profonde et l’embolie pulmonaire.

Trois mécanismes principaux peuvent aboutir à une thrombose veineuse.

  • L’hypercoagulabilité du sang : le système de coagulation fonctionne « trop bien ».
  • La stase sanguine : le sang ne circule pas bien dans les veines.
  • La lésion vasculaire : toute brèche dans un vaisseau sanguin va activer la coagulation pour arrêter le saignement.

Les causes d’hypercoagulabité du sang sont variées. Leurs mécanismes peuvent faire intervenir soit une stimulation excessive d’un facteur de la coagulation, soit l’inactivation d’un inhibiteur de la coagulation.

  • Des mutations génétiques héréditaires (on parle de « thrombophilie ») : mutation Leiden du facteur V, etc.
  • Des auto-anticorps : ce sont les anticorps anti-phospholipides.
  • L’inflammation, par exemple : lors d’une maladie infectieuse ou d’une maladie inflammatoire.
  • Le cancer : les cellules cancéreuses peuvent produire des substances qui activent la coagulation.
  • Des médicaments comme les œstrogènes qui sont utilisés dans la pilule contraceptive, le traitement substitutif de la ménopause ou pour le traitement de certains cancers.

En savoir plus Coagulation et thrombose

Quand le sang ne circule pas bien dans les veines, cela augmente le risque de faire un caillot.
La marche, par la contraction des muscles du mollet, assure la circulation du sang dans les veines des jambes.

Ainsi, l’immobilisation augmente le risque de thrombose. C’est pour cela que l’alitement prolongé à l’hôpital, les plâtres pour fracture ou traumatisme, ou les voyages prolongés, augmentent les risques de thrombose veineuse.
Dans le cas des thromboses superficielles, il existe une stase sanguine secondaire à la présence de varices chez deux patients sur trois.

Toute brèche dans un vaisseau sanguin va activer la coagulation pour éviter le saignement. Normalement, le caillot devrait se limiter à l’endroit de la blessure, mais il peut parfois se propager ailleurs.
Les interventions chirurgicales, les traumatismes, la présence d’un corps étranger dans une veine comme l’insertion d’un cathéter pour une perfusion rentrent dans cette catégorie.

Parfois, les trois mécanismes précédents sont impliqués.

  • Chez les femmes enceintes : aux lésions vasculaires liées à l’accouchement s’ajoutent la production d’œstrogènes qui provoquent une hypercoagulabilité sanguine et la compression des vaisseaux par l’utérus qui provoque une stase sanguine. En savoir plus Anticoagulants et grossesse
  • En cas de cancer : aux lésions vasculaires liées à l’insertion d’un cathéter s’ajoutent la production de substances qui provoquent une hypercoagulabilité sanguine et la compression des vaisseaux par la tumeur qui provoque une stase sanguine. En savoir plus Anticoagulants et cancer

L’âge est aussi un important facteur de risque. Alors que le risque de thrombose veineuse profonde n’est que de 1 cas pour 10 000 personnes par an à 20 ans, il augmente de façon importante pour atteindre 1 % par an après 75 ans. En savoir plus Anticoagulants et personne âgée

  • Auteurs : Pr Grégoire LE GAL (médecine interne), Dr Jean-Philippe GALANAUD (médecine vasculaire)
  • Date de publication : 22/09/2016
  • Date de dernière mise à jour : 16/11/2016