31 octobre 2019 : L’ANSM demande aux pharmaciens de vérifier le conditionnement de MINISINTROM 1 mg au moment de le délivrer au patient. Il a en effet été constaté à plusieurs reprises la présence de 2 comprimés, intacts ou abîmés, dans une enveloppe de blister de MINISINTROM 1 mg.

minisintrom

Trois lots en particulier, sont susceptibles d’être concernés :

1804845, date d’expiration 10/2019

1802545B, date d’expiration 01/2021

1802546B, date d’expiration 01/2021

Le communiqué de l’’ANSM contient également des conseils pour les patients qui pourraient être concernés et les autres professionnels de santé.

16 octobre 2019 : Les 26 et 27 septembre 2019, l’ANSM, en partenariat avec l’université Paris-Creteil (UPEC) et le collège de médecine générale (CMG) et avec l’appui des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) a organisé un premier Hackaton sur les erreurs médicamenteuses.

Destiné à stimuler des initiatives innovantes pour faciliter la déclaration, l'analyse des signalements d'erreurs médicamenteuses et le retour d'information aux professionnels de santé et aux patients.

Cet évènement était ouvert aux étudiants en médecine et en pharmacie ainsi qu'aux élèves infirmiers et élèves ingénieurs de l’ESIPE-Créteil.

Pour encadrer les groupes de participants, l’ANSM a fait appel à des professionnels de santé et à des représentants de patients. Notre association Anticoag-pass-s2d a participé à l’ensemble des travaux en qualité en qualité de « mentor » et de membre du jury.

Pour en savoir plus sur les projets lauréats.

14 octobre 2019 : Une étude scientifique réalisée par l'AP-HP dans le cadre de la Communauté de Patients pour la Recherche (compare.aphp.fr)  évalue la charge du traitement et le seuil au-delà duquel les soins ne sont plus acceptables par les patients.

Ce sont plus de 2 400 patients suivis partout en France pour des maladies chroniques ont participé via la plateforme ComPaRe.

L’étude démontre qu’en France, 38% des patients chroniques estiment leur « fardeau du traitement » inacceptable.

À cette occasion, ComPaRe lance un appel à participation en vue de rassembler, à terme, 100 000 patients contribuant en ligne à la recherche médicale sur leurs maladies via le site compare.aphp.fr

13 octobre 2019 : Un arrêté du 4 octobre 2019 permet la mise en place d’une expérimentation d'un « parcours biologique » pour des patients chroniques sous AVK. L’objectif de ce dispositif qui implique le biologiste, le médecin traitant et l’infirmier, est de réduire la durée du parcours de soins du patient tout en améliorant sa prise en charge. L’infirmier réalisera la mesure de l’INR par prélèvement capillaire, aussi bien à domicile qu’en établissement, le matériel portable connecté lui permettra ainsi de réagir dans un temps très court en cas d’anomalie de l’INR.

L’expérimentation (projet Di@pason) doit durer 18 mois dans six régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, PACA, Centre-Val de Loire, Occitanie et Nouvelle Aquitaine).

17 septembre 2019 : L’association Anticoag-pass-s2d s’associe à la première journée mondiale de la sécurité des patients créée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Nos objectifs : faire du patient un acteur de son traitement anticoagulant par l’information sur les médicaments et les pathologies, l’encourager à s’inscrire dans un programme d’éducation thérapeutique contribuent à une meilleure observance de sa part et à renforcer sa sécurité. De même, la déclaration des effets indésirables, possible par le patient lui-même en France, est un dispositif essentiel de sa sécurité.

22 Août 2019 : Le Point vient de publier son palmarès 2019 des hôpitaux et cliniques

31 Mai 2019 : Télé-AVC : un projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire (GHT) Basse Alsace Sud Moselle, une télé-consultation entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne permet une meilleure prise en charge des AVC en termes d’accès à la thrombolyse

Télé-AVC entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne – Réseau CHU

23 Mai 2019 : Un sondage ODOXA réalisé à l’occasion de la Paris Healthcare Week 2019, montre que les français ont toujours une très bonne image de leurs établissements de santé, mais cette satisfaction est en baisse, principalement parce qu’en France, on ne prend pas assez en comptez les objectifs du patient.

Baromètre santé, expérience et satisfaction des patients à l’égard des établissements de santé - Sondage ODOXA

Mai 2019 : Le journal de l’Association de consommateurs UFC – Que choisir, rappelle, à la suite d’une action de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), que les forfaits administratifs et ambulatoires fréquemment facturés dans les cliniques sont illégaux.

Forfaits administratifs et ambulatoires illicites – Que Choisir