Aidants qui êtes-vous ?

Un aidant est une personne, professionnelle ou non, qui apporte de l’aide de façon régulière, permanente ou non, à une autre personne qui a perdu partiellement ou totalement son autonomie, et qui par exemple a besoin d'être accompagnée dans le suivi de son traitement, la compréhension de sa maladie et la coordination entre les professionnels de santé.

Comment donner efficacement les médicaments ? Comment comprendre les conséquences de la maladie ? Autant de questions et difficultés pratiques dont dépendent le quotidien et la santé de la personne aidée. Notre association  vous accompagne avec ce site dont les rubriques médicales ont été élaborées à partir de référentiels validés par son conseil scientifique, et peut répondre à vos questions.

L’accompagnement des patients sous anticoagulant : un véritable enjeu de santé publique

• Prévention des risques iatrogéniques (complications et effets indésirables)
• Contribution à la bonne observance du traitement par les patients concernés
• Veille, pour les patients sous AVK à  leur suivi biologique régulier (INR).  Les accidents iatrogéniques liés à la consommation d'AVK causent près de 17300 hospitalisations et 4000 décès chaque année, ce qui en fait la première cause d'iatrogénie en France
• Veille, pour les patients sous AOD, à la surveillance régulière de la créatinine, afin, si l'examen révèle une insuffisance rénale, d'adapter le traitement • Accompagnement du patient à ses rendez-vous médicaux et aux entretiens avec le pharmacien

Pour en savoir plus

Il existe deux catégories d’aidants : les aidants professionnels et les aidants naturels ou familiaux.

Les aidants professionnels

L'aidant professionnel (soignant, auxiliaire de vie, aide à domicile, etc.) est  diplômé, formé à écouter, à conseiller. Il a une connaissance de la personne qu’il aide et a un rôle dans la vie sociale de l’aidé. Souvent, il intervient plusieurs heures par jour chez l’aidé et cela pendant plusieurs années.
Une étude de la DRESS en 2008, publiée en 2012, fait état de 515 000 aides à domicile auprès de personnes fragilisées.  

Les aidants naturels ou familiaux

L’aidant naturel ou familial est soit un membre de la famille, un ami ou un voisin qui vient seul ou en complément d’un professionnel en aide à une personne de son entourage ayant une déficience, une incapacité ou se trouvant en situation de handicap. Cette aide évolue au fil du temps et de ponctuelle, peut devenir indispensable.

Quelques chiffres (baromêtre 2019, Fondation April, BVA) :
- 8 à 11 millions d’aidants naturels ou familiaux, soit 1 Français sur 6 
- 90 % aident un membre de leur famille 
- 37 % ont de 50 à 64 ans 

Des difficultés à concilier vie sociale professionnelle et personnelle et mise en danger de sa santé  (baromêtre 2019, Fondation April, BVA)
- un quart des aidants disent consacrer plus de 20h par semaine à la personne aidée
- 3 aidants sur 10 estiment que leur statut d'aidant a un impact négatif sur leur vie sociale, leur sommeil et leur moral
- 32 % soulignent la fatigue physique qu'ils ressentent (soit 2 points de plus qu'en 2018)

Les aidants naturels et familiaux dans les prochaines années
Les conjoints et les enfants sont souvent les aidants naturels ou familiaux. Actuellement, 80 % des personnes âgées de plus de 60 ans et vivant à domicile sont aidées régulièrement par un proche, contre 50 % par un professionnel. Près de la moitié d'entre eux sont retraités ou en fin d’activité. L'aide informelle est donc très répandue et la manière dont elle va évoluer représente un enjeu important.

Entourage familial des personnes âgées dépendantes

Statut juridique et définition de l’aidant naturel ou familial
En France, l’aidant naturel ou familial n’a pas de statut juridique cependant, la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement de décembre 2015 (article 51) reconnaît son action ainsi : « Est considéré comme proche aidant d’une personne âgée, son conjoint, le partenaire avec qui elle a conclu un pacte civil de solidarité ou son concubin, un parent ou un allié, définis comme aidants familiaux ou une personne résidant avec elle ou entretenant avec elle des liens étroits et stables, qui lui vient en aide de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne ».

L'OCDE pour sa part définit les aidants ainsi « Individus qui dispensent, chez eux ou à l’extérieur, des soins quotidiens ou hebdomadaires aux membres de leur famille, à leurs amis ou aux membres de leur réseau de relations qui nécessitent une aide dans les activités élémentaires de la vie quotidienne et les activités instrumentales de la vie quotidienne… »

La Confédération des associations familiales de l’Union Européenne (COFACE) a élaboré en 2007 une « charte européenne de l’aidant familial qui le définit par « La personne non professionnelle qui vient en aide à titre principal, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne. Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non et peut prendre plusieurs formes… »

La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement du 28 décembre 2015 crée plusieurs dispositifs destinés à soulager les aidants :
- droit au répit pour les aidants de personnes en grande perte d’autonomie :
o enveloppe pouvant atteindre 500€ par an par aidé pour financer ponctuellement un hébergement temporaire (une semaine maximum)
o accueil de jour (15 jours maximum)
o renforcement de l’aide à domicile (25 heures supplémentaires maximum)
- dispositif d’urgence en cas d’hospitalisation de l’aidant au-delà des montants et des plafonds des plans d’aide.
- le congé proche aidant remplace le congé de soutien familial.
Les autres dispositifs :
- congé de solidarité familiale
- don de jours de RTT à un salarié proche aidant
- action de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et celles de certaines caisses de retraite, mutuelles, institutions de prévoyance
- actions des collectivités locales
- initiatives associatives et privées.

La loi du 23 mai 2019 visant à favoriser la reconnaissance du proche aidant complète les dispositions existantes afin de :
- renforcer la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale
- créer un dispositif de "relayage" de l'aidant par des professionnels d'établissements et services médico-sociaux
- intègrer dans le dossier médical partagé (DMP) un volet sur les aidants à compléter par la personne aidée ou son médecin traitant.
Certaines de ces dispositions ne seront effectives qu'à la publication des décrets d'application.

En octobre 2019, des mesures spécifiquement dédiées aux aidants ont été présentées autour de 6 priorités :

- Rompre l’isolement des proches aidants et les soutenir au quotidien dans leur rôle
- Ouvrir de nouveaux droits sociaux aux proches aidants et faciliter leurs démarches administratives
- Permettre aux aidants de concilier vie personnelle et vie professionnelle
- Accroître et diversifier les solutions de répit
- Agir pour la santé des proches aidants
- Épauler les jeunes aidants